Des technologies propres et innovantes au service de l'industrie

Retour

Laboratoire Souterrain Bas Bruit

Préservation et développement des qualités environnementales bas bruit de la plateforme

Dans le cadre de son domaine thématique « maîtrise des environnements confinés », Trimatec a apporté son soutien au projet de préservation et de développement des qualités environnementales bas bruit de la plateforme LSBB (Laboratoire Souterrain Bas Bruit) de Rustrel (Pays d'Apt dans le Vaucluse).
Ce projet a été retenu pour recevoir une subvention de L’Europe dans le cadre du fonds FEDER PACA 2007-2013 ; il est également soutenu par le Conseil Général du Vaucluse.

Le contexte géologique et l’infrastructure de la plateforme LSBB lui donnent un potentiel unique au monde pour étudier les environnements et les processus associés avec des approches innovantes, de mettre au point des protocoles de mesure, des capteurs à haute sensibilité, de développer des méthodologies d’observation de la Terre et de l'Univers, de déployer des démonstrateurs technologiques, le tout dans un environnement opérationnel bas bruit au niveau mécanique, électro-magnétique, thermique et radiatif, facile d’accès et favorable aux interactions équilibrées entre les mondes académiques et industriels.
Le programme porte sur la mise en place de séparations et de contrôles de l'environnement pour créer les conditions favorables à la croissance des activités et des collaborations académiques et industrielles tout en garantissant une efficacité durablement bas bruit du LSBB.
Deux types de séparations doivent être installées afin, d’une part, de dissocier l’environnement bas bruit du LSBB des nuisances de son environnement opérationnel, et, d’autre part, d’isoler les unes des autres les activités de recherche risquant potentiellement d'interférer ou pouvant elles-mêmes apporter des nuisances sur l'environnement bas bruit du LSBB.

La plateforme  LSBB est une UMS (Unité Mixte de Service) entre l’Université Nice Sophia-Antipolis, l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, le CNRS, Aix Marseille Université et l’Observatoire de la Côte d’Azur.

Le projet a également reçu le soutien des pôles Risques et Optitec.

(Parution : janvier 2013)