Des technologies propres et innovantes au service de l'industrie

Les applications des fluides supercritiques /

Contexte


Depuis une vingtaine d'années, le Laboratoire des Fluides Supercritiques et des Membranes (LFSM)*, situé au sein du CEA de Pierrelatte, s'est spécialisé dans le développement de nouvelles applications des technologies des fluides supercritiques pour le milieu industriel.
*Le LFSM est devenu en 2012 le LSPD : Laboratoire des Procédés Supercritiques et de Décontamination


Ces technologies trouvent des applications pour les entreprises :
  • avec le CO2 supercritique dans la transformation de produits naturels ou « bio » (agroalimentaire, cosmétologie, industrie pharmaceutique), pour développer des solutions alternatives dans les procédés de nettoyage et de décontamination en remplacement des solvants chimiques dangereux (dégraissage, extraction de polluants…) et enfin dans la synthèse des nouveaux matériaux nanostructurés (nanomatériaux)
 
  • avec l’H2O supercritique pour le traitement ultime des déchets organiques des industries chimiques, papeteries, pharmacies, caves vinicoles, plastiques, etc... avec la possibilité de produire de l’hydrogène à partir de certains de ces produits.

L’Europe qui jusque dans les années 2 000 détenait le plus grand nombre d’unités industrielles a été supplantée par l’Asie depuis. L’Asie, notamment l’Inde et la Chine sont des concurrents sérieux dans le domaine de l’extraction.
 

Enjeux et marchés



Un effort important est à réaliser pour rattraper ce retard et maintenir la compétitivité des entreprises françaises, notamment dans le domaine de production de produits « bio » pour la cosmétique, la nutraceutique, les plantes aromatiques et médicinales, fortement concurrencées par les pays de l’Est et les pays asiatiques.

Il est à noter que malgré ses nombreux avantages, la technologie CO2 SC n’a pas encore connu le développement que l’on pourrait en attendre pour différentes raisons :
 
  • la technologie apparaît coûteuse, or le prix tient du fait que l’investissement parait élevé alors que le coût opératoire est identique, voire inférieur à celui d’un solvant conventionnel,
 
  • les produits issus de l’extraction au CO2 SC sont de haute qualité mais différents des procédés obtenus par des procédés classiques imposant par là même la mise au point de nouvelles compositions et ou de nouveaux tests.

Cette situation est à la fois un handicap et une chance pour de nouveaux acteurs entrant sur le marché. Un handicap car les marchés sont encore peu ouverts et les clients potentiels réticents mais une chance, car de nombreuses applications restent à développer, notamment dans la complémentarité des procédés actuels : élaboration de produits au label « bio », extraits et « pasteurisés » à basse température, fractionnements « difficiles », avec l’avantage de ne pas avoir à chauffer et de ne pas altérer les molécules, formulation en ligne avec Extraction/Fractionnement supercritique, particulièrement attractif pour des applications en cosmétique, parfumerie, nutraceutique.
 

Innovation Fluides Supercritiques

Créée en 2006, l’association Innovation Fluides Supercritiques a pour objet, la fédération et la mise en synergie d’acteurs nationaux mais aussi européens et internationaux, visant à positionner la France à un niveau international sur cette technologie.

IFS a pour objectifs :
 
  • d’encourager et de développer l’utilisation des Fluides Supercritiques dans les entreprises,
  • de promouvoir les procédés de chimie verte à un niveau citoyen
  • d’être reconnu comme centre d’expertise et de transfert des laboratoires vers l’industrie.